LES CULS GELES 2020 : UNE EDITION INOUBLIABLE !!!!

Malgré une participation réduite cette année en raison de travaux autour du club d’aviron de Coudray (58 Yolettes au départ), cette 24ème édition des Culs Gelés a été particulièrement réussie pour la SNHS !

Tout d’abord parce que nous avons pu aligner cette année deux bateaux contre seulement un seul en 2019 :
• Yolette 1 : Guillaume, Olivier, Jean-Paul, Xavier, et Jonah à la barre (le fils de Guillaume)
• Yolette 2 : Gérard, Alexandre, Luc, Armel ; et Eric à la barre

Ensuite, parce que les conditions étaient idéales avec un bassin calme, un courant limité, un beau soleil sur tout le parcours, et des animations inédites avec un orchestre de musiciens Highlanders présents sur le parcours et à l’arrivée ... et au final parce que nous avons atteint avec 1h57’36 un objectif poursuivi depuis au moins 3 ans ...

passer sous la barre de 2 heures...

Nous approchons des meilleurs temps SNHS réalisés en l’an de grâce;

2001        1h56’47    Baulier Pierre, Pommé Laurent, Duthieuw Philippe, Chevance Yves, Prieur Lionel    7em/31 bateaux

2013        1H50'03    Pandelea Bogdan, Delaval Eric, Debord David, Michot Sébastien, Pierre Helene     1er/29 bateaux

2014        1H48'35    Debord David, Delaval Eric, Michot Sébastien, Allain Stéphane, Vercel Bénédicte    2em/70 bateaux

....ce sera pour l’année prochaine !

CulsGeles2020 (1)

La course vue de la Yolette 1 : nous avons eu cette année le privilège de ramer sur une yolette flambant neuve (la Y07), avec des cale-pieds réglables et une bonne rigidité par rapport à nos bonnes vieilles Caron. Un ultime réglage de coiffe réalisé la veille par William nous a permis de ne rien laisser au hasard ! Nous avons également eu la chance d’avoir Jonah, l’un de nos minimes, barreur poids plume mais affuté pour la course, qui a sagement écouté sans broncher pendant 2h nos conseils technico-tactiques approximatifs (rapproche toi du bord, non plus au centre, prends le virage large...bref relou les vieux !!! ). Retour à la course : nous partons les derniers du ponton après la bousculade habituelle, et démarrons sur un rythme assez enlevé, emmenés par Guillaume, notre nage. Le rythme est bien régulier (22-23 cps par minute), le coup d’aviron ample et précis, nous sommes bien ensemble... c’est un pur bonheur que de ramer dernière une nage réglée comme une horloge suisse, d’autant que nous avons le plaisir de remonter pas mal de bateaux devant nous, ce qui est toujours bon pour le moral. Au 5ème km environ, une petite frayeur : un Liteboat, à une vingtaine de mètres devant, semble avoir perdu tout contrôle de sa direction ... sans sa dérive, il nous coupe subitement la route ... et nous oblige à freiner d’urgence... après les jurons d’usage dans ce genre de situation, nous relançons la yolette et continuons à souquer à bon rythme jusqu’au km 12,5 où un orchestre de cornemuses écossaises nous attend. Nous engageons un large virage en musique et à bonne cadence, afin de passer la bouée. La bouée franchie, un petit ravitaillement est organisé avec consommation de substances plus ou moins licites.... Nous repartons le cœur vaillant ! Le retour est grisant ... portée par le courant, notre yolette file à plus de 15kmh, la berge défile, et nous pouvons un peu réduire la cadence. A partir du 20ème km, la fatigue commence à se faire sentir... le vent de face forcit et ne nous permet plus de profiter pleinement du courant, les sensations se dégradent et l’efficacité aussi... le passage groupé de trois péniches nous rappelle notre condition d’objet flottant à l’équilibre précaire... nous commençons à nous inquiéter pour notre objectif de 2h... il faut se ressaisir d’urgence, il faut aider notre nage ! Solennellement, j’appelle les costauds (Jean-Paul, Xavier) à la rescousse : LES GROS... DERRIERE... ON Y VA !!! et ça pousse... dans la douleur.... Mais on arrive à maintenir le train et même à accélérer sur le dernier kilomètre ! Nous franchissons la ligne en 1h57’’36 au chrono... épuisés... mais heureux d’avoir atteint nos objectifs, nous terminons 5ème au classement général !

CulsGeles2020 (5)

La course vue de la Yolette 2 : je n’ai pas l’habitude de commencer par la fin, mais je vais faire une exception : nous sommes bien lancés, la cadence donnée par Gérard, notre nage, est énergique, Eric à la barre nous annonce les 500 derniers mètres depuis 10 minutes (l’arnaque !), nous franchissons la ligne d’arrivée, fatigués mais heureux par l’effort fourni. Le couperet tombe : 2h23, c’est tiède, le dernier quart du classement homme au final.
Je finis les présentations, notre équipe est aussi composée d’Alex notre costaud, Luc notre transfuge d’Ablon S/seine (déjà 4 culs gelés à son actif), et moi, Armel, le bleu de service.
Les culs gelés, c’est quoi ? d’abord de la manutention, du démontage/ remontage de portants de yolette, à l’endroit, à l’envers, on est devenus experts. Avant tout c’est une course contre la montre de 25 km, sur un bief magnifique sinuant dans la campagne verdoyante, bordée de maisons de maitre.
Le départ est lancé, les 3 premiers kilomètres sont durs, contre le courant, à l’ombre, on prend des coups au moral à chaque fois que l’on se fait doubler, 3 fois, trop facilement : on n’est pas assez ensemble, on ne prend pas assez d’allonge, Eric nous recadre, les fin de gestes font claquer les pelles, dans le même tempo, c’est mieux. On double 2 yolettes qui trainent, c’est déjà ça de pris. Sur le retour, le vent froid dans le dos, la fatigue se fait sentir, on se concentre sur notre nage qui ne démérite pas. En conclusion, c’est une course exigeante, il faut s’y préparer, en équipe, sur plusieurs séances, travailler la technique le rythme et l’allonge. On y retourne !

CulsGeles2020 (5)

Nous remballons au final les deux yolettes et nous retrouvons tous au club pour le remontage des bateaux et une pizza party à 15h30 assortie d’une dégustation de bières artisanales, et de crémant bien méritée ! Bilan de la course : un vrai défi physique, mais surtout un bon moment passé ensemble dans une ambiance très festive !

Nous attendons maintenant pour la prochaine édition 2021 tous les rameurs et rameuses motivés par le défi physique, la bonne ambiance et la souffrance l’effort collectif, le tout est de se lancer une première fois et vous verrez...

chaque année on améliore ses temps de 3 à 5 minutes !!!!

tous les résultats sont ici

et la vidéo de la régate ici

Informations supplémentaires